Les différents motivateurs dans le R+/R-

Une question d’émotions

Qu’est ce qui rend un motivateurs agréable et qu’est ce qui le rend aversif ? ➡ Les émotions.

Les motivateurs utilisés dans le R+ ne sont donnés qu’à la réalisation du comportement. Le cheval va ressentir de la joie suite au renforcement. Au niveau hormonal, on observe souvent la production de dopamine ! Avec un motivateur agréable, le cheval montrera des comportements le poussant à entreprendre et à chercher ce qu’il pourrait faire pour obtenir ce stimulus. Il sera dans une dynamique active de recherche. Sa curiosité le motivera à réaliser les comportements.

Les motivateurs utilisés en R- apparaissent avant le comportement que l’on souhaite. Ils provoquent quelque chose de désagréable pour le cheval. Et là, je mets des formes pour ne pas en choquer certains mais : pourquoi un cheval, comme n’importe quel être vivant, chercherait à faire diminuer un stimulus ? S’il ressent de la peur ou de la douleur. En renforcement négatif, quand le stimulus disparait, le cheval ressent alors du soulagement. Il sera donc dans une dynamique d’évitement. Au niveau hormonal, il produira de l’adrénaline.


4 incohérences populaires

➡ « Je fais une pause à mon cheval après l’avoir mis dans de l’inconfort. J’ajoute donc un stimulus agréable. »

Comme expliqué plus haut, le repos représente un motivateur primaire. On pourrait même dire qu’il représente un motivateur impératif puisque vous avez motivé votre cheval à vouloir ce temps de repos. En revanche, le comportement a bel et bien été obtenu en mettant un motivateur désagréable et en le retirant. Le comportement n’a pas été réalisé dans l’optique d’obtenir du confort mais d’arrêter l’inconfort… On imagine souvent l’inverse mais la dynamique n’est pas la même. Le cheval ressentira du soulagement et non de la joie.

➡ « Mon cheval recule aux mouvements infimes de ma longe. Ce n’est pas désagréable pour lui. Il le perçoit comme quelque chose de neutre. »

C’est ici que je vous parle de la montée en phase. Reprenez le scénario depuis le début. Vous vous mettiez devant votre cheval et vous commenciez à agiter la longe pour le faire reculer. La plupart du temps, le cheval ne réagit pas parce que la longe n’a pas de valeur pour lui. Pour que votre cheval recule avec la longe, vous aviez augmenté l’agitation pour que ça devienne désagréable pour lui. Il a donc cherché à éviter ce mouvement. Il a fait un pas en arrière et vous vous êtes arrêtés aussitôt. Sans le savoir, vous avez fait du conditionnement classique en associant la longe à quelque chose de désagréable. Alors même si avec l’entrainement, votre cheval ne montre plus d’émotions négatives, il faut se rappeler quelles étaient ses premières émotions lors de l’apprentissage. La longe n’est pas positive pour lui et il fera tout pour ne pas ressentir ce qu’il avait ressenti pendant les premières séances où vous lui avez présenté l’exercice.

Quand on cherche à obtenir un comportement par R- (donc en mettant le stimulus avant le comportement), il y a obligatoirement une montée en phase vers quelque chose de négatif quand le motivateur initial n’a pas de valeur. Il faut bien comprendre que si le cheval réagit, c’est uniquement pour éviter un truc de pénible/douloureux/effrayant. La montée en phase est différente selon le cheval et les compétences de la personne.

➡ « On ne peut pas faire du R+ exclusif. Il y a forcément un moment où le cheval subira une pression. »

Quand on parle de renforcement négatif, on fait souvent allusion à la pression. Et quand on parle de renforcement positif, on pense qu’il ne faut pas utiliser de pression. Encore une fois, tout dépend de comment la pression est perçue par le cheval. Initialement, la pression est neutre.

Si vous l’associez à un système « poil-peau-muscle-os » comme on peut le faire en R-, elle sera considérée comme un motivateur aversif que le cheval cherchera à éviter.

Si vous l’associez avec un code préalablement établi en R+ (comme avec une cible), elle sera considérée comme un code. Je ne sais pas dire si elle sera positive ou neutre, je pencherais plus vers le positif car aussi associée avec stimulus primaire agréable… J’en ai perdu quelques uns alors je vous cite un exemple : votre cheval a appris à suivre la cible et à déplacer ses épaules en la suivant. Pour introduire la « pression » , il suffirait de l’associer avec le mouvement que fait le cheval quand il suit la cible. Le cheval ne serait donc pas dans un comportement d’évitement puisqu’il suivra la cible !

➡ « Mais, quand on utilise la cible, il s’agit bien d’enlever un stimulus. Donc c’est du renforcement négatif ? »

La cible peut être considérée comme une aide précieuse pour créer des comportements spécifiques. Elle peut donc venir en amont du comportement. En revanche, je vous invite à relire la définition du renforcement négatif qui précise qu’il doit s’agir d’un motivateur aversif. De plus, la cible est avant tout un outil, et non un motivateur.

Rejoignez 12 711 autres abonnés

Soutenez le blog !

En versant 1€ symbolique, vous permettez à ce blog d’exister et de continuer de vous apporter des contenus qui vous permettent de progresser librement avec votre cheval.

4 commentaires sur « Les différents motivateurs dans le R+/R- »

  1. Bonjour
    Merci pour cet article très interessant. J’ai une question, j’ai vu que tu avais pris l’exemple du reculer pour le renforcement négatif ( avec l’agitation de la longe). Comment apprendrais tu à un cheval à reculer grâce au renforcement positif ? Merci d’avance pour ta réponse.

    1. Tu peux utiliser une cible que tu places au niveau de son poitrail. Le cheval suivra la cible « vers l’arrière » et reculera.

      Je ne trouve pas de vidéo pour te montrer… J’imagine que c’est flou pour toi ! Je ferai une vidéo sur YouTube 🙂

      1. Bonjour, pour en revenir au reculé, si je dit à mon cheval « recule » sans le toucher et utilise ensuite le clicker + des bonbons pour le R+, ce ne sera pas dur R- si je ne le touche pas et n’effectue aucune pression pour le faire reculer ?

      2. Tu as appris ça comment à ton cheval ? Les notions de renforcement ne sont présentes que pour l’apprentissage, d’où leurs termes « théories de l’apprentissage ». Si tu as appris à ton cheval à reculer avec une cible, tu as fait du renforcement positif. Si tu lui as appris avec une longe, un stick ou autre, c’est souvent du renforcement négatif. Quand ton cheval ne répond pas, que fais tu ? Tu utilises le stick et/ou la longe ou une cible ?
        Je n’ai jamais vu un cheval reculer de lui-même, sans apprentissage, au simple mot « recule » 😉

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.