La cohérence dans la relation

Vous, moi ou comme de nombreux professionnels et de nombreux cavaliers, nous décrivons nos approches et nos techniques par des termes comme : harmonie, liberté, sans force, connexion, confiance, autonomie… Récemment, sur les réseaux sociaux, de nombreuses personnes se sont mises à décrire ces termes spécifiques et à remettre en question le sens qu’elles leur donnaient. Que veut vraiment dire liberté ? Qu’est ce que le respect ? Effectivement, chacun de ces mots a une signification qui diffère d’une personne à une autre. Nous devrions tous en prendre conscience et partager cette richesse de langage afin que chaque personne puisse y réfléchir et ainsi, changer de perspective. Mais au delà même du sens donné à ces termes, quels sont les moyens mis en oeuvre pour rester en cohérence avec ces derniers ?


Les résultats ne reflètent pas la relation

Certaines descriptions ont l’air plus attrayantes que d’autres, avec un résultat final qui peut sembler éthique. Nous avons tous regardé des vidéos de binômes humain-cheval en liberté exécutant des exercices sortis de l’imaginaire. Peut-être que ce n’était pas en liberté mais quoiqu’il en soit, c’est ce que nous rêvons d’atteindre un jour. Nous les avons tous envié à un stade de notre vie et à un degré plus ou moins important.

« Pourquoi croit-on que derrière chaque beau visage se cache obligatoirement une belle âme ? » D’accord, je cite Guillaume Musso mais cet homme a raison. Nous pouvons nous poser la même question dans notre situation : pourquoi croit-on que derrière chaque beau résultat se cache obligatoirement une belle relation ? Sommes nous pas aveuglés par l’aboutissement ? Et, si nous voulons aller encore plus loin, il faut aussi se demander ce que représente une belle relation pour nous et pas selon ce qu’on nous a mis dans la tête (merci le conditionnement). Je continue de croire que la population pratiquant l’équitation est, en majeure partie, une population de personnes intelligentes qui a le mérite de savoir se questionner pour évoluer. Pourtant, nous ne nous posons pas assez de questions quand nous voyons quelque chose. Il faudrait se demander :

  • Comment les comportements ont-ils été formés ?
  • Le cheval a-t-il démontré des signes de stress ou de frustration à un stade quelconque de l’apprentissage/entrainement ?
  • Quels sont les renforçateurs ?
  • Y a-t-il des punisseurs ?

Cette liste de questions peut être rallongée. Le tout est de se rappeler que nous ne pouvons pas juger un livre par sa couverture. Il faut en lire plusieurs pages.


Valoriser le cheminement intellectuel

La plupart du temps, nous ne savons pas ce qu’ont fait les personnes pour obtenir le niveau qu’elles ont atteint dans leur relation. Par exemple : ont-elles obtenu cette « finesse » en ajoutant quelque chose de plus en plus désagréable jusqu’à obtenir la réponse souhaitée ou ont-elles renforcé les moments où le cheval faisait preuve de ce qu’elles attendaient ? Un même résultat, deux manières de faire complètement différentes qui sont plus ou moins appréciables en fonction de l’éthique de chacun.

En effet, nous ne comparons jamais un moustique avec un éléphant : alors nous ne pouvons pas comparer et donner la même valeur à deux aboutissements identiques. Je prône le fait que la vraie valeur que l’on porte à propos de la relation se trouve dans l’apprentissage.

J’ai beaucoup plus d’admiration devant les étapes d’un exercice que devant l’exercice acquis surtout lorsque je ne sais pas comment il a été appris. La remise en question de l’humain tout au long du processus, les petites victoires et les échecs sont vraiment enrichissants à regarder. Nous pouvons tous arriver au même résultat, mais la façon d’y aboutir est propre à chacun ! C’est ce qui fait la différence et la richesse dans nos relations.


Un objectif propre à chacun

Avec le temps, j’ai appris à ne plus comparer ce que je voyais et à ne plus me comparer aux autres. Nous aspirons tous à différents résultats et nous essayons tous de trouver la manière la plus éthique pour nous y conduire. Derrière chaque mot auquel nous souhaitons nous associer (respect, harmonie…), nous y mettons également un degré différent.

La connexion peut se faire aux trois allures dans un espace fermé et c’est ce que certains aimeraient. Ou elle peut aussi se faire au pas dans un espace ouvert. Elle peut inclure différents exercices enchainés les uns après les autres ou elle peut être faite de rien. Laquelle est plus importante, plus impressionnante ? Elles le sont toutes. Nous devrions savoir ce que nous souhaitons obtenir, les raisons qui nous poussent à cela et, surtout, ne pas chercher à faire mieux que son voisin puisque, forcément, il n’a pas les mêmes envies que nous. C’est la première étape pour être en paix avec nous-mêmes et avoir plus de clarté dans notre communication avec notre cheval : je sais ce que je veux et je sais quel chemin emprunté, je suis en cohérence dans ce que je fais.


Une question d’éthique et pas seulement

Nous le savons tous, l’éthique a une implication très importante dans ce que nous faisons et pourquoi nous le faisons de cette façon. Au final, nous souhaitons tous la même chose : la complicité. Mais de quelle manière ? Quels adjectifs mettons nous derrière ce mot ? Quelle méthode allons nous choisir ? Nous sommes les seuls à pouvoir y répondre.

D’autres facteurs peuvent rentrer en jeu : notre entourage, notre éducation, le passé de notre cheval, le temps dont nous disposons, les enjeux (des concours ?), l’investissement que nous sommes prêts à fournir… Certaines personnes ont plus de facilité à parvenir aux résultats d’autres. Et inversement. C’est pourquoi, il ne faut pas comparer ce que nous voyons en dernier et respecter chaque personne pour ce qu’elle accomplit (un énorme manque de considération dans le monde équestre).

La seule chose commune à tous c’est la science. Les recherches se sont multipliées ces dernières années pour montrer l’influence de certaines techniques sur le bien-être du cheval. Quelques rappels :

➡ Nous avons déjà discuté de ce qui se passe lorsqu’un cheval est en détresse, avec une augmentation de certaines hormones pouvant entraîner des conséquences négatives sur sa santé. Si un cheval est puni ou que son état de stress est trop important, il ressentira un certain degré de peur, de frustration et/ou de malaise physique. Le stimulus serait alors inefficace et le cheval ne changera pas son comportement.

➡ Par ailleurs, la neurobiologie nous apprend que, lorsque quelque chose de positif se produit, la dopamine est libérée dans notre cerveau, en particulier si la bonne chose est inattendue. La dopamine est un neurotransmetteur qui contribue à nous faire sentir bien, à un point tel que c’est un comportement fortement addictif qui contribue au bien-être du cheval.

Alors, avant de juger le résultat en premier, essayons de voir le couple de manière globale avec toutes ces composantes. Et si nous ne sommes pas en accord total (peut-être et probablement à cause de notre éthique) avec la manière de faire, pourquoi ne pas demander à en savoir plus sur les raisons qui ont poussées la personne à faire ce choix là ? Nous avons sûrement quelque chose à apprendre d’elle !


❗ Ce qu’il faut retenir

Restons ouverts et curieux envers les nouvelles études, recherches, pratiques. Ayons une équitation consciente et intelligente. Les chevaux n’ont pas fini de nous surprendre et c’est pour cela que nous sommes passionnés par ces animaux en particulier.

Plus j’apprends, plus je me rends compte que je ne sais pas.

Un avis sur “La cohérence dans la relation

  1. Nous parlons souvent du rapport à l’homme…Mais du rapport au cheval, bien trop peu à mon goût.
    Le comportement du cheval n’est pas si éloigné de celui de l’homme, je dirais même plus, c’est certainement de ceux qui s’en approche le plus.
    Cette osmose que seuls ceux qui ont côtoyé l’âme sensible du cheval peuvent comprendre…
    Un bien bel article qui nous est offert ici.
    Merci à vous et belle journée pluvieuse en perspective. 😏
    Tony.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :