Cheval stressé, quel impact ?

Les raisons pour lesquelles le cheval stresse et les conséquences que cela peut avoir sur le long terme est devenu mon petit combat personnel depuis mon séjour aux Etats-Unis. Nous n’avons pas été éduqué à observer le cheval et à déceler les premiers signaux de stress. Sans mettre tout le monde dans le même panier, nous ne connaissons pas le cheval et surtout, nous ne savons pas quand un cheval fait face à un stress important.

Nous avons souvent tendance à chercher à corriger ce comportement avant même de comprendre d’où il vient et pourquoi le cheval agit de la sorte. Et, pour dire vrai, la grande majorité des cavaliers vont se fâcher après leur cheval s’il rue, s’il se cabre, s’il s’emballe, s’il mord. Effectivement, on juge ces comportements comme dangereux ou comme « comportements déviants » . Mais pour le cheval, ce ne sont que des mécanismes de défense de dernier recours lorsqu’il se trouve dans une situation devenue trop stressante pour lui. C’est le principe de « fuite/combat » .

Les chevaux qui perçoivent une situation légèrement stressante ont peu de chance de faire l’un des comportements cités plus haut. S’ils en arrivent là, il faudrait alors se demander si le cheval en question n’a trouvé l’expérience que légèrement stressante. En effet, le cheval qui fait face à un petit stress est susceptible de s’exprimer de manière complètement différente. Il mâchouillera, résistera aux aides montées, contractera sa bouche… Et ce, avant d’arriver au point où il explose (Article Lire Son Cheval). Même ces subtiles expressions de stress sont plus explicites que les indicateurs initiaux et envoient un message au cavalier comme quoi tout n’est pas ok.


Reconnaître les premiers signes de stress : étape primordiale pour une relation saine

Comme expliqué dans le livre Language Signs & Calming Signals et dans divers ouvrages, les premiers indicateurs de stress peuvent se traduire par de légère tension musculaire, la position des oreilles et/ou des yeux vers le facteur stressant, la forme triangulaire de l’oeil, les naseaux pincés, la bouche contractée…

Plus nous observerons notre cheval, plus nous nous informons sur les premiers signes de stress et moins nous serons surpris par un comportement que nous pensons à tort « venu de nulle part » .

Par ailleurs, un cheval apprendra par expérience que si son humain ne prête jamais attention aux premiers signes de stress, ça ne lui servira plus à rien d’exprimer son avis ou de montrer ces premiers comportements. A la place, le cheval ira directement vers des comportements plus explicites tels que mordre, se cabrer, exploser en l’air etc.

Petite précision

Les signes de stress varient d’une situation à l’autre et qu’il ne faut pas les prendre au mot près. Comme le montre la photo ci-dessous où Tangka est monté en freestyle, il présenterait vraisemblablement des comportements qui indiqueraient qu’il fait face à une situation légèrement stressante.

Ces signaux peuvent aussi être à l’origine d’un effort et d’une grande concentration. Pour faire la comparaison avec les humains : lorsque nous faisons du sport, nos mimiques faciales sont contractées. On fronce les sourcils, on contracte la bouche… Pourtant, c’était notre choix de faire cette activité et malgré l’effort réalisé, nous ne considérons pas cela comme stressant. Il existe donc bien des stress positifs et des stress négatifs.

@agnès k. photographies

En plus de l’élément de bien-être, la chose la plus importante que les cavaliers puissent faire pour préserver leur sécurité est de reconnaître et de réagir avec compassion (on ne crie pas sur un enfant pour le rassurer…) aux premiers signes de stress. Le stress chez les chevaux a été identifié comme l’une des préoccupations majeures en matière de bien-être dans le rapport « Horses in Our Hands » en 2016.

Lorsque le cheval exprime les premiers comportements liés au stress, il a atteint un stade d’un exercice où il ne semble pas tout à fait confortable avec la situation. Il n’est alors probablement pas prêt à aller à l’étape suivante.

C’est pourquoi la progression de n’importe quel exercice exige que le cheval se sente vraiment à l’aise à chaque étape, il en va de son apprentissage, de son bien-être et de la relation qu’il entretient avec le cavalier. On peut parfois entendre de la part de professionnels du monde équin qu’un peu de stress n’est pas mauvais. Je ne suis pas d’accord. Premièrement, ce que nous considérons comme un « peu de stress » est souvent très différent du point de vue du cheval. Deuxièmement, les chevaux subissent déjà beaucoup de stress à cause d’une gestion inappropriée, de douleurs multiples (équipements) et de confusion dues à un entraînement incohérent. Troisièmement, en faisant attention à l’état psychologique du cheval, la relation est plus sécure et les performances du cheval sont améliorées.

Page 2 : La physiologie du stress et les conséquences sur le long terme

6 commentaires sur « Cheval stressé, quel impact ? »

  1. Merci pour cet article !
    J’ai une jument très stressée pour tout, elle ne cabre pas ne mort pas ne fuie pas mais elle sursaute et elle est toujours à l’affut. A l’attache, en carrière, en balade du coup c’est assez compliqué de capter son attention, de travailler dans le calme par exemple. Comment peut on travailler ça ? Merci

    J'aime

    1. Comment vit-elle ? Est ce qu’elle a assez de sorties ? Assez de fourrage ? Du concentré ? De la vie sociale ?

      Si elle a un mode de vie qui correspond à ses besoins, je te conseille de passer du temps à la désensibiliser 🙂

      J'aime

      1. Elle vit en paddock (pas grand) avec un poulain qu’elle a totalement adopté notamment, niveau vie sociale je pense qu’elle est épanouie, j’essaie de la sortie 3 a 4 fois par semaine au pré. Le reste je sais pas si ca lui correspond.. Je sais qu’elle est assez vorace quand je lui tend a manger (pomme ou autre) je me suis toujours demandée si elle n’avait pas été privée dans son jeune temps, mais aujourd’hui elle n’a pas le fourrage a volonté par exemple… Peut être que ca lui convient pas.
        Penses tu que même avec les conditions les plus idéales possibles de vie, avec les chevaux au tempérament stressé, il est possible des totalement les apaiser ?

        J'aime

      2. Si la pizza est ton repas préféré et que tu n’en as qu’une fois par semaine, tu as tout de suite envie de tout manger. La pomme ou autre doit avoir une valeur forte pour elle.

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :